28/03/2010

UNE BELLE MOBILISATION !

Nous étions entre 1600 et 2500 personnes pour manifester à Paris à l'appel de notre collectif "Ni pauvres, ni soumis", et

plus de 16000 personnes dans toute la France.

 

 

L’impact médiatique est bon puisque les grandes chaines nationales ont toutes fait un reportage sur notre action, ainsi que plusieurs chaines de la TNT.

 DSC_0975.jpg

MERCI A TOUS CEUX QUI ONT PERMIS CETTE BELLE REUSSITE !                                     

DSC_0970S.jpg

 

Place du Trocadéro nous avons dénoncé le « service minimum »    qui s’applique aux personnes handicapées et aux personnes souffrant de maladies invalidantes :

  

-       Service minimum des pensions d’invalidité

-       Service minimum des indemnités d’accident du travail

-       Service minimum pour l’AAH

-       Service minimum pour le remboursement des frais médicaux

-       Service minimum concernant l’accès à la CMU complémentaire

-       Service minimum tout simplement lorsqu’il s’agit d’entendre nos revendications !

 

Nous avons interpellé le Président de la République en lui rappelant nos revendications :

 

L’augmentation du seuil d'accès à la CMU complémentaire pour que les "oubliés" de la CMU puissent avoir une couverture complète de leurs dépenses de santé, notamment les bénéficiaires de l’Allocation Adulte Handicapé, de l’Allocation Supplémentaire d'Invalidité ou de l’Allocation Supplémentaire Personnes Âgées 

 La suppression des mesures de "régressions sociales" :
- la suppression de toutes charges liées aux soins des personnes les plus fragilisées :
- la suppression des franchises médicales, de l’augmentation du forfait hospitalier…;
- la suppression de la fiscalisation des indemnités journalières perçues par les victimes du travail, soit 720 000 personnes par an.

 Nous avons tout particulièrement demandé la création d’un revenu d’existence au moins égal au SMIC pour les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes.

Ce revenu devant être attribué sans tenir compte des revenus du conjoint, du concubin, de la personne avec laquelle un PACS a été conclu, ou encore des personnes vivant sous le même toit. Et cela quel que soit le lieu de vie (domicile, établissement, chez un tiers)

 

23/03/2010

Les Géants de Trocadéro portent la colère de ceux qui subissent une régression sociale !

Le 27 mars 2010 «Ni pauvre, Ni soumis» se mobilise

en Ile de France sur le parvis des droits de l’homme,

place du Trocadéro. Soyez présents à partir de 12 h.

 

  

placetrocmieux.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous battons :

Pour la création d'un revenu d'existence personnel égal au SMIC brut pour les personnes ne pouvant pas ou plus travailler.

Pour une revalorisation des pensions d'invalidité qui sont pour le plus grand nombre très insuffisantes 

 

Pour que l’augmentation de l’AAH ne laisse pas ceux qui la touchent largement sous le seuil de pauvreté !!!

  

 

Pour dire non aux mesures politiques qui pénalisent directement les personnes en situation de handicap : forfait hospitalier, franchises, fiscalisation des indemnités accidents

du travail

 

Pour exiger des mesures enfin sérieuses pour l’emploi des personnes en situation de handicap

 

Pour que les réformes en attente depuis deux ans, sur le

cumul AAH-salaire ou les compléments ressources soient

mises en place

 

 

Parce qu’au moment ou commence l’Année Européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, il faut dénoncer la pauvreté d’un grand nombre de personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante.

 

 

PARCE QU'IL EST URGENT D'AGIR CONTRE L'EXCLUSION ET LA PAUVRETE

 

 

16/03/2010

Création d'un Groupe d'Initiative Régional Logement

POUR UNE VERITABLE POLITIQUE EN FAVEUR DU LOGEMENT ACCESSIBLE

 

Aujourd’hui, la plupart des acteurs du logement connaissent et savent résoudre les problèmes de l’accessibilité, de l’adaptabilité, de la mise aux normes  des logements pour personnes handicapées. Mais il persiste toujours des problèmes sur  le financement, l’attribution et l’obtention de logements aux personnes handicapées.

 

Malgré la crise structurelle du logement social, il faut maintenant œuvrer, pour que les demandes d’appartements par les personnes handicapées soient satisfaites.

 

Pour y arriver, plusieurs lois sont à notre disposition, mais il faudrait les aborder d’un angle très pragmatique, par des actions spécifiques auprès des décideurs pour faire appliquer réellement ces lois :

 

-     La loi de février 2005 avec l’obligation faite aux communes de plus de 5.000 habitants, d’établir un recensement de l’offre de logements accessibles. On constate que peu voir très peu de communes s’astreignent à cette obligation. A nous de les y obliger. (réflexion, moyens, actions).

-     La loi de mars 2009 dite loi de mobilisation pour le logement qui autorise les bailleurs à déloger un occupant d’appartement accessible pour y mettre une personne handicapée. A nous de faire valoir ce nouveau droit. (réflexion, moyens, actions).

-     La loi DALO de mars 2007 (droit au logement opposable). Il faudrait y recourir systématiquement, du moins dans sa partie amiable devant la commission de médiation. (réflexion, moyens, actions).

 

Mettre en adéquation l’offre et la demande de logements accessibles dans un environnement favorable (transports et proximités), en interpellant tous les acteurs concernés (bailleurs, élus, professionnels), en faisant appliquer les lois, en créant des outils spécifiques, en menant des actions de sensibilisation, en mobilisant les compétences de l’APF, en mutualisant les ressources et expériences des délégations franciliennes. Voilà l’objectif que peut se fixer le groupe initiation régional « logement ».

 

Les modalités de fonctionnement, la composition, la fréquence des réunions de ce groupe sont à définir.

 

Ce groupe s’adresse à la fois aux salariés (directeurs et personnels des structures et des délégations) et aux adhérents (membres des conseils départementaux, bénévoles impliqués…).

Inscrivez-vous en laissant un commentaire à votre nom et vos coordonnées.  

 

 Marc Abou