04/12/2010

Union Européenne et Handicap

L'Union européenne lance la stratégie 2010-2020 en faveur des personnes handicapées

 

Pour la Commission, « le handicap est une question de droits, et non un problème laissé à la discrétion des différents États ». La Commission européenne vient de publier sa stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées: « un engagement renouvelé pour une Europe sans entraves », visant à permettre aux personnes handicapées de participer à tous les aspects de la vie quotidienne dans l'UE.

 

Elle permettra à l'UE d'honorer les engagements qu'elle a pris en 2007 en signant, avec les pays membres, la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapée.


La stratégie poursuivra les objectifs suivants:

 

- L’accessibilité : préalable à la participation à la société et à l’économie et objectif de longue haleine pour l’UE, il s’agit de garantir aux personnes handicapées l’accessibilité des biens, des services, dont les services publics, des dispositifs d’assistance et des technologies de l’information et de la communication.

- La participation : parce que de nombreux obstacles empêchent encore les personnes handicapées d’exercer pleinementleurs droits fondamentaux, la Commission se donne pour objectif de faire en sorte que les personnes handicapées participent pleinement à la société, en leur permettant de tirer parti de tous les avantages de la citoyenneté européenne, en supprimant les entraves d’ordre administratif et comportemental qui empêchent une participation totale et équitable et en fournissant des services de proximité de qualité, y compris l’accès à une assistance personnalisée.

- L’égalité : Plus de la moitié des Européens sont conscients de ce problème et reconnaissent que la discrimination fondée sur le handicap oul’âge est répandue dans l’Union. Ici, la stratégie prévoit d’éliminer dans l’Union toute discrimination fondée sur le handicap, en particulier en soutenant  les politiques et programmes nationaux visant à promouvoir l’égalité.

- L’emploi : s’il favorise la réussite personnelle et offre la meilleure protection contre la pauvreté, pour les handicapés, le taux d’emploi en Europe reste inférieur à 50 %. Données, examen de la situation des jeunes handicapés vis-à-vis de l’emploi, mobilité intraprofessionnelle,  ateliers protégés, en collaboration avec les partenaires sociaux,  la Commission souhaite apporter un plus grand soutien aux initiatives visant à promouvoir l’emploi des handicapés.

- L’éducation et la formation : Avec un taux de déscolarisation chez les jeunes de 37 %chez les personnes lourdement handicapées et à 25 % chez les personnes partiellementhandicapées, la Commission se mobilise avec sa stratégie, sur le principe d’un enseignement et d’une formation de qualité favorisant l’insertion, soutiendra les mesures nationales, l’éducation et de la formation et la promotion d’une éducation accessible à tous et de l’apprentissage tout au long de la vie.

- La protection sociale : La Commission va s’appuyer  sur la plateforme européenne contre lapauvreté pour examiner ces questions et apportera son soutien au moyen des Fonds structurels. Son objectif, promouvoir des conditions de vie décentes pour les personnes handicapées.

- La santé : L’égalité d’accès aux soins aux services de santé, dont les traitements médicaux de routine, n’est pas toujours respectée en ce qui concerne les personnes handicapées. Là encore, l’Union soutiendra les mesures nationales.

- L’action extérieure : Il s’agira de penser à promouvoir les droits des personnes handicapées dans le cadre de l’action extérieure de l’UE.


La Commission envisage également de proposer un «acte législatif sur l'accessibilité», qui fixera des normes européennes applicables aux  produits, aux services et aux bâtiments publics.

Les commentaires sont fermés.