27/04/2011

Vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap moteur

Colloque vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap moteur: professionnels, communiquons sans détour !

JEUDI 12 MAI 2011

Encore aujourd'hui, pour le grand public comme pour les professionnels qui accompagnent les personnes handicapées, la question de la vie affective et sexuelle reste taboue. En effet, les préjugés sont encore tenaces : pour beaucoup, une personne en situation de handicap moteurs n'a pas de vie affective et sexuelle.

Même si dans certains secteurs les mentalités évoluent, les professionnels de santé et travailleurs médico-social se trouvent souvent démunis face aux questions, aux attentes de leurs patients.

ces interrogations et afin de trouver ensemble des solutions à ce problème de société que cette journée est organisée.

Lors de cette rencontre, seront invités à intervenir le Professeur François Giuliano, Urologue à l'Hôpital Raymond Pointcarré de Garches, mais aussi de nombreux professionnels qui apporteront, tour à tour, questionnements et expertises.

La journée se déroulera autour de trois table-rondes :

  • état des lieux des problématiques et questionnements rencontrés par les professionnels,
  • aspects juridiques,
  • aides humaines et techniques existantes ou à envisager pour que les professionnels puissent être plus à même de répondre aux demandes des personnes.

Vous trouverez l'intégralité du programme sur le site de la délégation APF des Yvelines

Date : JEUDI 12 MAI 2011 DE 9H A 17H30

Lieu :

Université de Saint-Quentin en Yvelines Institut des langues et des études internationales Amphithéâtre Condorcet - Bâtiment d'Alembert 5-7 boulevard d'Alembert 78280 Guyancourt

Tarif : 30€ (déjeuner compris) Inscription obligatoire au 01.30.44.14.41 ou sur le site ci-dessus

13/04/2011

Il faut sauver le jeune Ardi!

 Il y a presque un an, Ardi Vrenezi, jeune kosovar, atteint d'une maladie dégénérative du cerveau, polyhandicapé, âgé de 15 ans, était expulsé de France vers son pays d'origine, alors qu'il était soigné à Freyming-Merlebach, pour une grave épilepsie : une expulsion qui avait soulevé une vague d'indignation dans notre département et au delà ; une expulsion à laquelle je m'étais fermement et immédiatement opposée.

 

Nous avions alors contesté non seulement l'expulsion d'un mineur, mais surtout l'expulsion d'un mineur en état de santé précaire, sans oublier l'inhumanité de l'expulsion par l'administration préfectorale de Moselle et des forces de police qui étaient directement venues chercher Ardi dans l'établissement où il était soigné.

 

 Et nous avions raison de contester! Alors que son état de santé s'était sensiblement amélioré en France ; depuis son retour au Kosovo, celui-ci n'a cessé de se dégrader et d'empirer de façon dramatique et très inquiétante, en témoigne une nouvelle hospitalisation récente à Pristina. La situation est aujourd'hui très grave : ce jeune adolescent ne peut pas bénéficier ni d’une prise en charge, ni de soins adéquats dans son pays natal et sa vie est en danger.

 

J'ai donc écrit, une nouvelle fois, au Premier Ministre afin de demander le retour d'Ardi en France, afin qu'il puisse recevoir les soins qui s'imposent : il y a urgence et le gouvernement français doit lui permettre de revenir en France. Une décision contraire équivaudrait à condamner le jeune garçon à une dégradation certaine de son état de santé et un avenir plus qu'incertain.

 

Au delà, l'Union Européenne et la France ne prônent-t-elles pas les principes de respect des droits de l'Homme et des droits fondamentaux ; les Traités et conventions internationales ne disposent-ils pas qu'un Etat ne peut renvoyer quelqu'un dans son pays lorsque la vie de cette personne est menacée? Qu'importe, une fois de plus, la France ne semble pas s'embarrasser de principes fondamentaux tels que les droits de l'enfant, la protection des mineurs, les droits de la défense ou encore et pire, le respect de la loi.

 

Communiqué de presse de Nathalie Griesbeck

Députée européenne Vice-présidente du Conseil Général de la Moselle

09:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)