30/06/2011

L'APF condamne les dérogations qui sont contraires à la convention de l'ONU

Le Sénat vote pour une France inaccessible !

APF-nouvelle_40x60[1].jpgLe Sénat a adopté hier, en 2e lecture, la proposition de loi Paul Blanc visant à améliorer le fonctionnement des MDPH, conformément au vote de l'Assemblée nationale en février dernier. La loi a donc été adoptée avec les différentes mesures permettant des dérogations pour les bâtiments neufs.

Si cette proposition de loi prévoit des dispositifs favorables aux MDPH et aux questions de l'emploi (reconnu par tous les sénateurs, quels que soient le groupe parlementaire), c'est bien sur l'accessibilité (les articles 14 bis et 14 ter) que cette proposition de loi est scandaleuse !

L'Association des Paralysés de France (APF) condamne fermement ces possibilités de dérogations qui sont contraires à la convention de l'ONU relative aux droits des personnes en situation de handicap et la loi handicap de 2005 et qui font des personnes en situation de handicap, des citoyens de seconde zone[1], ne pouvant pas circuler librement.

Avec l'adoption de la proposition de loi par le Sénat hier soir, l'APF continue plus que jamais son appel à une mobilisation générale avec une campagne sous forme de pétition et d'interpellation des parlementaires : Des bâtons dans les roues. <- Signez et Faites signer à vos proches cette pétition.

L'association demande au président de la République et au gouvernement de revenir sur ces dispositions liées à l'accessibilité en supprimant les articles 14 bis et 14 ter. L'APF va continuer à se mobiliser contre ces dispositions et pour l'adoption du principe de conception universelle pour un environnement accessible à tous, quels que soient les situations de handicap et à tout âge.

 

Pour lire le communiqué complet, cliquez ici



[1] Et pour faire bonne mesure ! Hier soir, la délégation de l'APF n'a pas pu accéder à l'hémicycle du Sénat, comme tout citoyen, en raison de l'inaccessibilité de l'espace réservé au public. Le salon mis à disposition ne permettait pas de suivre les débats dans de bonnes conditions. Un bâton de plus dans les roues !

Les commentaires sont fermés.