25/01/2012

Compte-rendu du Congrès Polio

Le 3ème Congrès sur la poliomyélite antérieure aiguë, organisé par la Mission Handicap-DPM de l’AP-HP en collaboration avec le Réseau polio d’Île-de-France et les associations de personnes handicapées, s’est tenu le jeudi 31 mars 2011 à la Résidence Internationale de Paris. Il a succédé aux deux congrès organisés en 2006 et en 2008.

 Ce congrès a abordé la prise en charge médico-chirurgicale ostéoarticulaire des patients poliomyélitiques adultes. Ceci inclut les questions posées par le rachis vieillissant, les traitements des traumatismes des membres et leur particularités orthopédiques et fonctionnelles, mais aussi les questions posées par les traitements des complications de l’arthrose sur ce terrain particulier.

Il a associé deux sociétés savantes, la Société Française de Médecine Physique et de Réadaptation (SOFMER) et la Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique (SOFCOT), afin de profiter des expériences et des échanges entre chirurgiens orthopédistes et médecins de Médecine Physique et de Réadaptation.

Le but de ce congrès a été d’élargir le réseau de soins MPR existant à d’autres spécialités médico-chirurgicales et notamment à la chirurgie orthopédique. En effet, le respect d’un équilibre chèrement acquis par chaque patient, les modifications du statut neurologique, musculaire et ostéoarticulaire imposent une approche spécifique.

En outre, les réflexions tirées des expériences de prise en charge des “polios” s’appliquent souvent aux stratégies thérapeutiques des lésions ostéoarticulaires du patient handicapé neuromoteur.

Les associations de personnes poliomyélitiques attendent, une fois encore avec espoir que leur pathologie soit de nouveau mieux prise en charge et enseignée aux professionnels de santé afin que nul patient ne se retrouve confronté à une perte d’autonomie évitable en rapport avec une pathologie de l’appareil locomoteur, traumatique ou non.

Voici le lien vers ce compte-rendu particulièrement intéressant annales_du_congres_polio_2011.pdf

15/01/2012

Condamnation d’EasyJet pour discrimination

 L’Association des paralysés de France (APF) salue la décision du Tribunal de Grande Instance de Bobigny  qui vient de condamner la compagnie EsayJet à 70 000€ d’amendes pour discrimination fondée sur le handicap à l’égard de trois plaignants. La compagnie EasyJet avait en effet refusé l’embarquement à trois personnes en situation de handicap entre novembre 2008 et janvier 2009, invoquant des raisons de sécurité.

Pour l’APF, qui s’est constituée partie civile lors de ce procès, ces refus d’embarquement étaient fondés sur le handicap des personnes et relevaient bien de discrimination. La décision du tribunal est fondamentale pour les personnes en situation de handicap, victimes encore trop souvent de refus d’embarquement dans les transports aériens. Le jugement écrit du Tribunal de Bobigny sera rendu dans quelques jours.

Rappel des faits :

Mme Karine VIERA, habituée à voyager seule sur d’autres compagnies, commande son billet d’avion sur Internet pour un vol à destination de Porto, en cochant la case précisant qu’elle est en fauteuil roulant.

Le 12 janvier 2009, le personnel chargé de l’embarquement à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle lui refuse l’embarquement au motif que les personnes en situation de handicap ne sont pas autorisées à voyager seules sur la compagnie EasyJet.

Mme VIERA se rend au comptoir principal de la compagnie où on lui confirme le refus d’accès au vol et l’absence de remboursement de son billet.

M. Laurent GIAMMARTINI se présente au comptoir de la compagnie EasyJet le 19 novembre 2008 pour effectuer un vol retour à destination de Nice. Le personnel chargé de l’embarquement à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle lui refuse l'embarquement au motif que les personnes en situation de handicap ne sont pas autorisées à voyager seules sur la compagnie EasyJet.

M. GIAMMARTINI indique que le vol aller, au départ de Nice, a été effectué sur la même compagnie, sans qu’aucune norme de sécurité ne lui soit opposée pour faire obstacle à son embarquement, sans accompagnateur.

M. Miloudi HAFA, habitué à voyager seul depuis 27 ans sur différentes compagnies, commande EasyJet. M. HAFA propose de signer une décharge de responsabilité, ce qui lui est refusé. Un responsable de la compagnie lui confirme le refus d’embarquement, et l’informe qu’Easyjet ne prend pas en charge les frais liés à l’acheminement par une autre compagnie aérienne.