10/04/2012

LES 1000 JOURS DE l'ACCESSIBILITE

La délégation APF du Val d’Oise publie son Enquête d’usage sur l’accessibilité de 40 villes du département.

Lu sur le Parisien :

Il reste moins de mille jours avant l'échéance du 1er janvier 2015, date butoir fixée par la loi Handicap de 2005 à laquelle tous les ERP (établissements recevant du public) doivent être rendus accessibles. D'ici là, beaucoup dans le Val-d'Oise devront mettre les bouchées doubles pour être aux normes. Car, pour le moment, circuler en fauteuil roulant dans le département n'est pas toujours chose aisée. C'est ce qu'a révélé la conférence sur l'accessibilité de la voirie et des espaces publics.

 A cette occasion, l'Association des paralysés de France (APF) a présenté les résultats d'une enquête réalisée dans 40 communes du département. Durant six mois, 15 bénévoles de l'APF en situation de handicap moteur ont arpenté le Val-d'Oise pour en vérifier le degré d'accessibilité.

 Il s'agit de l'enquête la plus poussée réalisée à ce jour en Ile-de-France. Et le constat est sans appel. Si des évolutions ont certes été observées depuis la précédente enquête de 2009 qui avait déjà permis d'évaluer 25 communes, beaucoup de choses restent à faire pour simplifier le quotidien des personnes à mobilité réduite (PMR), c'est-à-dire les personnes handicapées, mais aussi les femmes enceintes ou les personnes âgées.

« C'est une réalité qui nous concerne tous : nous sommes tous des PMR en puissance », martèle Jacky Decobert, représentant régional APF.

Une nette évolution depuis 2009.

 A la tête du palmarès 2012, Bouffémont récolte la note de 17,9/20. Magny-en-Vexin arrive bon dernier, avec 0,06/20. Autant dire que les bâtiments publics de la ville sont presque tous inaccessibles aux personnes en situation de handicap. L'APF n'a toutefois pas cherché à condamner les communes affichant une note au-dessous de la moyenne. L'association entend au contraire instaurer un dialogue positif avec les élus soucieux d'améliorer leurs installations publiques.

« Depuis 2009, nous avons observé de très nettes évolutions dans certaines communes, notamment à Saint-Leu-la-Forêt, qui enregistre une des plus grosses progressions du classement. Parfois, il suffit de très peu de chose pour rendre un ERP accessible et la vie de beaucoup de personnes peut être simplifiée par des aménagements peu coûteux », explique Jacky Decobert.

« Le travail de l'APF est comme un levier pour les prochains travaux que nous allons mettre en œuvre », acquiesce Luc Broussy, adjoint au maire PS de Goussainville, ville qui figure en queue de classement. L'enquête a permis de mettre au jour les points faibles des communes.

 Cette année, un carton rouge a été décerné aux lieux de santé, qui récoltent la note de 8,25/20.

« Les personnes en situation de handicap sont parfois obligées de faire des kilomètres pour pouvoir se faire soigner », regrette l'APF.

Egalement à la traîne dans le classement, les commerces de proximité, peu enclins à engager de nouvelles dépenses. « Beaucoup de commerçants nous disent ne pas voir la nécessité de s'adapter aux contraintes de mise en accessibilité, car aucun handicapé ne vient jamais chez eux ! Pourtant, faire des efforts pour améliorer leur accessibilité ne peut être que positif. C'est aussi un moyen simple d'augmenter leur clientèle. »

 Palmarès de l'enquête Palmar-s Enqu-te d-usage.pdf

 

 

Les commentaires sont fermés.