03/06/2012

Les Services d’Aide à domicile APF en DANGER !

La situation des services d’auxiliaire de vie et d’aide à domicile d’Ile-de-France est très préoccupante et particulièrement des services du 92, du 93 et du 94. En effet, les conseils généraux de ces départements refusent, pour des raisons diverses, de financer à la hauteur des besoins ces services et, de ce fait, mettent en péril leur pérennité.

Nous devons réagir de toute urgence !

L'APF a décidé de sensibiliser l’opinion, les pouvoirs publics pour obtenir des solutions viables de financement et de « sauver » ces services.

NOTRE ACTION : A l’aide… à domicile !

LE 5 JUIN

-  Actions départementales des usagers, salariés et élus APF devant les CG du 92, du 93 et du 94, le matin

-  Rassemblement de tous les manifestants du matin et de tous ceux qui souhaitent accompagner cette action devant le ministère de la Santé, avenue Duquesne, à Paris, de 14h à 16h.

-  Nous avons demandé à être reçus par la Ministre

-  Il est essentiel que nous soyons nombreux à ce rendez-vous.

Le contexte :

Le montant de la PCH est de 17,59 euros de l’heure.

La majorité des services d’aide à domicile APF en France sont tarifés par les CG à hauteur de  25 à 28 euros de l’heure, pour un coût réel de 25 à 31 euros de l’heure.

En dehors de l'Ile de France, d’autres établissements APF connaissent des situations difficiles à Marseille, Saint-Etienne et Toulouse.

La position de l’APF :

- Les SAV/SAAD concourent au soutien à domicile, à la préservation ou à la restauration de l'autonomie dans l'exercice des activités de la vie quotidienne, au maintien et au développement des activités sociales et des liens avec l'entourage.

- Le choix des personnes en situation de handicap de vivre à domicile ne saurait être mis en cause par la politique du moindre coût systématique pratiquée par ces conseils généraux.

- Cette politique a comme conséquence la dégradation des conditions de vie et d’accompagnement des usagers de ces services, y compris pour leur sécurité, et ne permet pas une réponse adéquate aux besoins exprimés par ces citoyens.

-  Alors que des services à but lucratif proposent leurs services au moindre coût, pour une moindre qualité et ne prennent en charge que les personnes les moins lourdement handicapées, l’APF veut continuer à s’adresser au plus grand nombre, sans discriminations liées au lieu de résidence ou au degré de handicap.

-  L'APF maintiendra sa position de ne pas faire participer financièrement ses usagers au coût des prestations. En effet, demander une participation financière aurait pour conséquence pour nombre de personnes de renoncer à des heures d’intervention pourtant indispensables !

- Les conseils généraux ne retiennent que le taux horaire de la PCH soit 17,59 Euros, le surcoût des services APF soit 8 Euros  de l’heure est en effet consacré pour l’essentiel à l’organisation d’une  astreinte efficace et d’un système de remplacement permettant d’amortir les retards, les maladies et les absences du personnel.

- C’est pourquoi, l’APF entend défendre fermement ses services d’aide et d’accompagnement à domicile et exiger des financements à la hauteur des besoins.

-  Les fonds d'aide exceptionnelle récemment octroyés par l'Etat ne sont qu'un saupoudrage qui ne résoudra pas le problème de fond et n'offrira pas la pérennité indispensable !

LE 5 JUIN, REJOIGNEZ NOTRE ACTION POUR LA SAUVEGARDE DES SERVICES D'AIDE A DOMICILE

NOUS DEVONS OBTENIR QUE LES CONSEILS GENERAUX FINANCENT LES SERVICES D’AIDE A DOMICILE PAR UNE PCH CORRESPONDANT AU COUT DU SERVICE RENDU !    

13:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

autre services sont aussi en danger comme moneteau

Écrit par : loiseau | 21/06/2012

Les commentaires sont fermés.